Prix Nobel de la paix pour ICAN

La nouvelle très encourageante avait fait la Une ou presque: la petite et modeste mais ambitieuse ONG ICAN, qui a ses bureaux au Centre oecuménique à Genève, a obtenu le Prix Nobel de la paix cette année. La première fois que ce prix prestigieux avait été décerné à une adresse en Suisse était en 1902, quand Albert Gobat et Elie Ducommun avaient conjointement été choisis.

Bien que les grandes puissances nucléaires ne prennent pas très au sérieux ce geste, il représente néanmoins un énorme pas en avant et un immense encouragement pour d’innombrables actrices et acteurs, plus ou moins organisés en faveur d’une interdiction totale et globale de l’arme nucléaire. Aussi pour les pays pauvres et de l’hémisphère sud c’est une bonne nouvelle, car ils sont tous en faveur de l’interdiction, ce qui est d’ailleurs le cas pour la majorité à l’ONU.

Nous sommes d’avis que d’un point de vue éthique la seule fabrication de cet instrument d’extinction de masse est  un crime contre l’humanité et contre la nature. Or il est fortement brandi de nos jours, comme si la logique de dissuasion était encore une mesure de sécurité fiable.

Bonne nouvelle: la Suisse avait participé aux négociations de l’interdiction et a voté en faveur le 7 juillet dernier. Ni la France qui est une puissance nucléaire (lors des présidentielles, seul Mélanchon avait thématisé le sujet), ni l’Allemagne, qui héberge des armes nucléaires, n’ont participé aux négociations, elles était tout simplement absentes. Intérêts commerciaux et géopolitiques obligent…

Tous les détails sur le site d’ICAN, où vous pouvez voir la position des différents pays.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *