La guerre pour sauver le monde

Le film “Joyeux Noël” raconte la trêve fraternisante de troupes allemandes, écossaises et françaises lors de la première guerre mondiale. La découverte de l’humanité de son voisin ennemi est impardonnable. La guerre ne permet pas que les ennemis se réconcilient; cela la rendrait impossible. De plus, ça ridiculise les dirigeants. Il faut punir ceux qui s’engagent contre la guerre.

La vocation originelle du MIR en 1914 c’est l’action commune pour éviter la guerre: la réconciliation des peuples de l’Europe. Il fallait réconcilier les peuples qui avaient été contraints à être ennemis. Nonante-neuf ans plus tard, alors que l’Union Européenne a reçu le Prix Nobel de la paix, la dernière guerre ne s’est pas fait attendre. Pour la justifier, on évoque presque tout, tout en ne clarifiant presque rien: protéger les Maliens des djihadistes et les libérer de la charia, sauvegarder l’intégrité du pays, sécuriser les mines dans la région, prévenir la mainmise des islamistes sur la région, etc. Que de bienfaits, que de devoirs nobles!?

Alexandre Soljenitsyne, survivant du régime stalinien disait: La violence ne peut être occultée que par le mensonge et le mensonge ne peut être maintenu que par la violence. Ce principe s’applique non seulement à un gouvernement totalitaire mais à toute guerre, qui de par sa nature, est totalitaire: Il n’y a de la place pour la moindre déviance, il faut choisir son camp sans aucune ambiguité, quitte à se faire écraser.

Quoi qu’on nous dise, quoi qu’il en soit, la guerre, non seulement ne résout rien, mais ouvre plutôt le gouffre de violence et d’injustice pour des générations à venir, et cela après avoir brûlé la terre, écrasé les initiatives de paix, effacé toute nuance. Sans parler de coût, quand en même temps l’austérité est imposée aux aînés, aux chômeurs…

En 2013 la vocation du MIR n’a rien perdu de sa pertinence. Le défi, c’est de la faire entendre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *