„La guerre, plus jamais“, cette phrase est remplacée par le leitmotiv „Des affaires, grâce à la guerre“

L’Allemagne du sud fête les 175 ans du Comte Zeppelin. Il est le père des aéronefs, des dirigeables. Au cours de la première guerre mondiale 101 dirigeables étaient en action. Mais les pertes en personnes et matériel étaient énormes. Les dirigeables militaires ont largué 200 tonnes de bombes sur des villes européennes. Les fabriques Zeppelin à Friedrichshafen ont cédé la place à l’entreprise d’armements Dornier.
C’est aux nazis que l’industrie d’armement à Friedrichshafen doit son essor dès 1933, ainsi que la firme Dornier. Grâce aux avions, moteurs et rouages la région de Friedrichshafen est devenue un centre important pour la guerre d’extermination de Hitler. Les habitants de Friedrichshafen l’ont chèrement payé. La ville fut rasée et réduite en cendres par les bombardements des alliés, en 1944, à la fin de la deuxième guerre mondiale. Des milliers de personnes ont été tuées ou ont perdu leur foyer.
Aujourd’hui, de nouveau, on produit du matériel de guerre à Friedrichshafen. La phrase « La guerre, plus jamais » est remplacée par le slogan « Des affaires, grâce à la guerre ». Aujourd’hui autour du Lac de constance les entreprises d’armements sont plus grandes et puissantes que jamais. Leurs produits tuent comme jamais (pour plus d’informations, voir le site Armes du Lac de constance: www.waffenvombodensee.com).
L’Allemagne est aujourd’hui le plus grand exportateur mondial d’armes après les USA et la Russie. Il semblerait que le monde doive une fois de plus se rétablir  grâce aux armes allemandes.
La plupart des habitants de Friedrichshafen s’accommodent de l’industrie d’armements. Presque personne ne pose de questions sur le sens, l’objectif, la morale et la culpabilité ou ne pose de questions sur les tués et les destructions, qui sont dus à Friedrichshafen et au « beau Lac » de Constance. Les pasteurs qui exigent que la production de biens civils remplace la production de matériel militaire ne sont plus tolérés à Friedrichshafen, ils sont mutés par leur église quelque part dans le nord du pays. Les églises de Friedrichshafen ne mettent plus leurs locaux à disposition pour des réunions et discussions sur la production de matériel de guerre.
Une bien étrange acception de la démocratie semble régner dans le sud de l’Allemagne. Mais ceci correspond à « l’humour » obscur du politicien du PS allemand, Peer Steinbrück, qui en matière d’impôts menaçait la Suisse d’une charge de cavalerie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *