La guerre ne mettra pas fin au terrorisme, la réconciliation oui

UTRECHT, 15 novembre 2015—-Le Mouvement International de la Réconciliation (IFOR) exprime son profond chagrin et sa tristesse pour les victimes des récentes attaques terroristes à Paris, France.

En tant que communauté fraternelle internationale, nous reconnaissons et déplorons le fait que, depuis des années, des communautés à travers le monde ont déjà été victimes de violences épouvantables similaires. En tant que communauté opposée à la violence, nous considérons ces actes comme condamnables et abominables les tueries aveugles qu’ils représentent.

En tant que communauté multiconfessionnelle, nous prions pour et avec les victimes de cette violence, les familles ayant perdu des proches, le personnel médical et de sécurité appelé à agir au milieu du chaos et de la communauté dans son ensemble qui cherche un moyen d’aller de l’avant. En tant que personnes issues de nombreuses traditions religieuses nous reconnaissons combien il est douloureux de vivre ces actes horribles commises au nom de sa foi et nous exprimons notre solidarité avec nos frères et sœurs musulmans à travers le monde, eux qui ont dénoncé à maintes reprises de tels actes ne sont pas représentatifs de l’Islam.

Nous exprimons notre profonde préoccupation face aux appels répétés à la punition et l’ampleur avec laquelle les gouvernements et les dirigeants élus ont réagi avec d’avantages d’appels à la guerre. Les récents actes de terrorisme n’existent pas ex- nihilo, ils existent dans le contexte mondial de l’instabilité provoquée et exacerbée par les guerres en cours, les opérations clandestines, les répressions armées et la police, ainsi que la pauvreté et de l’imprévoyance.

Nous rejetons l’idée que plus de guerre, plus de tueries “impitoyables” puissent produire une solution au problème du terrorisme. Nous n’ignorons pas le besoin de sécurité. La sécurité est quelque chose que toutes les communautés humaines désirent, et la sécurité d’une personne ne doit pas se faire au détriment de celle de l’autre. L’IFOR reste déterminé à trouver des moyens pour décourager la violence et construire une communauté aimé comme aimante. Nous nous engageons à trouver des moyens d’empêcher les jeunes de choisir la violence comme moyen de former ou d’affirmer leur identité. Nous nous sommes engagés à contester la guerre et les structures injustes qui permettent à des idéologies violentes de prospérer.

Nous exprimons notre préoccupation pour les communautés minoritaires d’Europe, dont certaines sont susceptibles d’être victimes de harcèlement et de mauvais traitements tout simplement en raison de leur appartenance ethnique supposée ou de leur foi. Nous appelons les Européens et les gens de conscience partout afin de résister à la tentation de réagir dans la crainte d’actes de terrorisme et de guerre. Nous appelons tous les pays à poursuivre leur accueil des victimes de guerre et de ceux qui fuient la violence de la faim et de la pauvreté persistante.

Nous invitons tous les gens de conscience à se joindre à nous dans la recherche d’une solution non-violente à ces défis urgents de notre temps.

Davorka Lovrekovic, Président

Rev. Lucas L. Johnson International Coordinator

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *