Enfants soldats et guérison de traumatismes

La visite de l’ancien enfant-soldat de la République démocratique du Congo (RDC) avait trouvé un grand écho le printemps dernier. Junior Nzita Nsuami est le fondateur et président de la petite organisation “Paix pour l’enfance” à Kinshasa. Son initiative est inspirée par la vision que les enfants puissent avoir une enfance en paix. Junior est ambassadeur bénévole des Nations-Unies pour la campagne #enfants-pas-soldats. Il est aussi un des fondateurs de la Trauma Healing and Creative Arts Coalition (THAC), issue du MIR Suisse au printemps passé.

Afin de diffuser son autobiographie, le livre a été traduit en allemand et en anglais. Les li- vres seront aussi disponibles en version digitale. Les traductions en espagnol et en italien sont prévues.

Pour l’automne, des campagnes de deux semaines sont en planification par le MIR, la THAC et les branches IFOR en Angleterre et en Allemagne. Le public visé sont les écoles et les universités. La campagne cherche à sensibiliser le public par les visites dans ces institutions et par les médias. En plus, la campagne cherche à motiver des personnes à s’engager et à diffuser ces thèmes.

Sujets clés de la campagne

  • Les personnes touchées par la guerre, en particulier les enfants soldats, souffrent d’actes de violence atroce.
  • Ces expériences violentes produisent des traumatismes qui laissent des blessures et paralysent le développement.
  • Les personnes traumatisées ont besoin d’un accès à des méthodes adaptées pour pouvoir surmonter leur traumatisme et afin de reprendre pied et vivre une vie épanouie.
  • Surmonter le traumatisme est vu comme une base essentiel pour que la réconciliation, la reconstruction et la paix puissent se construire.

Buts de la campagne

  • Prise de conscience de la problématique des enfant- soldats.
  • Sensibiliser la population pour le thème des traumatismes.
  • Démontrer la nécessité d’un travail adapté sur le traumatisme et renforcer les approches de la „Trauma Healing and Creative Arts Coalition“
  • Une campagne de prévention pour démontrer que la confiance et la collaboration sont nécessaires pour que les conflits violents et la radicalisation ne soient pas perçus comme étant une solution lorsque les perspectives économiques et politiques manquent.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *