Campagne mondiale pour l’abolition des armes nucléaires

La majorité de la population mondiale veut que les armes nucléaires soient interdites. Mais ce n’est pas le cas de quelques nations. Une campagne mondiale s’engage alors pour l’interdiction totale. D’importants négociations dans ce sens ont lieu actuellement au niveau des Nations-Unies. Un des problèmes consiste dans l’absence de certains pays occidentaux. Entre le 15 juin et le 7 juillet 2017 a lieu le deuxième tour de négociations sur une interdiction des armes nucléaires. Samedi 17 juin aura lieu à New York la „Women´s March to Rally and Ban the Bomb“.

Eglise et Paix et un grand nombre d’autres organisations invitent leurs membres à écrire des lettres de lecteur adressées aux média de leur région avec la demande que leur pays participe aux négociations et s’engage en faveur de l’interdiction des armes nucléaires. Le but de cette campagne est de faire connaitre la menace nucléaire et les efforts pour l’abolition de ces armes.

ICAN est le réseau international des acteurs de la campagne. Des informations sont disponibles ici: ICAN-Deutschland Website  ainsi que  ICAN website (anglais).

Voici le modèle pour une lettre à envoyer à ton Journal. Il est important qu’un grand nombre de journaux reçoivent des lettres pendant que les négociations sont en cours, c’est à dire avant le 7 juillet 2017.

**********

Notre époque est marquée par la violence – guerres épuisantes au Proche-Orient, actes terroristes en Europe et bruits de bottes en Asie du Nord-Est. Nous ne pouvons que nous reconnaitre dans ceux et celles qui souffrent de voir leurs espoirs de paix inassouvis.
Dans ce contexte, nous sommes reconnaissant-e-s que la Suisse participe aux pourparlers historiques des Nations Unies du 15 juin au 7 juillet à Genève, en vue d’une interdiction des armes nucléaires, armes qui sont l’instrument ultime de la violence sans limite. Les destructions résultant de plusieurs années de combats à Alep seraient instantanées avec l’arme nucléaire.
Nous sommes heureux de la participation de plus de 130 autres gouvernements dans ces négociations pour un accord sans précédent. Il est réconfortant d’y voir des voisins européens: l’Autriche, le Liechtenstein, la Suède et l’Irlande, avec une grande partie de l’Amérique Latine, de l’Afrique, de l’Asie et des îles du Pacifique.
En même temps, nous sommes frappé-e-s par l’attitude des grandes puissances qui portent au sein de l’ONU la plus grande responsabilité en ce qui concerne la paix et la sécurité : les cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations Unies boycottent les débats autour de l’interdiction des armes nucléaires ! Ils tiennent tous à la logique de la guerre froide qui exige un engagement inébranlable envers la destruction « réciproquement assurée », ainsi qu’un équilibre de la terreur.
D’autres pays voisins – Allemagne, Italie, Pologne, Hongrie et d’autres membres de l’OTAN – sont également absents de ces discussions. Parmi les 15’000 armes nucléaires existantes, certaines sont encore basées en Allemagne, aux Pays-Bas, en Belgique et en Italie, de sorte que les pilotes européens puissent les larguer sous le commandement de l’OTAN.
Notre demandons instamment à notre gouvernement de d’œuvrer à renforcer le projet actuel d’interdiction. L’accord doit englober l’ensemble des conséquences humanitaires et environnementales causées par les armes nucléaires. Il doit aussi contenir les interdictions nécessaires pour une abolition totale de ces armes et exiger des mesures d’assistance aux victimes et aux populations affectées.
Toutes les nations ont intérêt à interdire des armes menaçant toute vie et tout ce qui rend la vie précieuse. Notre 21e siècle a besoin d’une collaboration et d’un partenariat au niveau mondial afin de relever les défis du changement climatique, des migrations de masse et du développement durable. Or des milliards sont gaspillés dans les arsenaux nucléaires qui suscitent la peur et bloquent tout véritable progrès.
En élaborant une législation internationale, une forte majorité parmi les membres des Nations Unies fait un pas essentiel vers un futur sans armes nucléaires. La participation de la Suisse est une voix pour ce futur.


év. nom
év. organisation
En partenariat avec Pax Christi et le Conseil œcuménique des églises.
Lieu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *